Les vertus de l’ail pour la santé

Accueil > Santé > Santé Alimentation > Les vertus de l’ail pour la santé

L’ail fait partie des multiples ingrédients que nous utilisons couramment en cuisine. Il est reconnu depuis l’Antiquité pour ses multiples vertus thérapeutiques. Retour sur cet aromate au goût relevé.

par Romane Maitre 309 Il y a 0 message de forum.

Ail et santé : de multiples vertus à découvrir

Les propriétés de l’ail sur la santé ont fait l’objet de recherches poussées. Des expérimentations in vitro ont ainsi démontré que l’ail peut contribuer nettement à renforcer le système immunitaire des humains. Un groupe de personnes ayant consommé régulièrement de l’ail s’est avéré moins sensible aux rhumes qu’un autre groupe expérimental n’en ayant pas pris. Par ailleurs, la prévention du cancer de l’estomac et du côlon a été vérifiée, les composantes de l’ail ralentissant le développement des cellules cancérigènes pour une consommation quotidienne de plus de 20g d’ail.

Les démangeaisons des pieds peuvent être soulagées par application de gousses d’ail hachées finement. Les vertus fongicides de l’ail vont détruire les bactéries au bout de deux mois. À noter également que l’ail fut longtemps utilisé comme vermifuge (par lavement). Outre ses vertus thérapeutiques, l’ail contient des micronutriments intéressants. En somme, l’ail présente des vertus anticancéreuse, antiseptique et antibactérienne.

L’ail, à consommer cru, cuit ou en poudre

Calcium, magnésium, vitamine C, B, protides, lipides et glucides sont apportés en quantité significative par l’ail frais. Consommé en poudre, il apparaît que la teneur de ces micronutriments est renforcée, sauf pour le calcium. Le choix revient donc à chacun quant à la manière de manger de l’ail. Il faut ajouter que son rôle sur les artères est reconnu, l’ail est un hypotenseur admis scientifiquement. Il réduit en effet le taux de cholestérol, de triglycérides, et contribue à fluidifier le sang.

La consommation d’ail cru provoque une haleine lourde, souvent redoutée par les gens. Cet effet est dû aux substances sulfurées de l’ail qui se libèrent durant la mastication, puis pendant la digestion. Cette situation se prolonge pendant environ trois heures après ingestion de l’ail. Pour y remédier, pensez, à la fin de votre repas, à mâcher du persil frais, des feuilles de menthe ou des grains de café. À noter que l’ail cuit dans sa peau (ou en chemise) permet d’éviter ce désagrément, sans dénaturer les effets de l’aromate.

Notez cet article

1 vote

Laissez votre message

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.