Grossesse et incontinence urinaire : les points essentiels à savoir

La grossesse favorise l’incontinence urinaire

Près de 40 % des femmes révèlent être sujettes à l’incontinence urinaire pendant la période de grossesse. Les femmes ayant déjà accouché sont notamment les plus concernées par ce problème qui, dans la plupart des cas, survient vers les trois derniers mois. Ces fuites urinaires pendant la grossesse s’expliquent par l’action de différents facteurs, dont principalement les bouleversements hormonaux. Ces derniers, particulièrement importants lors de cette période, agissent en effet sur les muscles qui enserrent l’urètre, en diminuant leur tonicité. La contraction des muscles se retrouve alors insuffisante, ce qui peut entraîner des fuites. L’incontinence urinaire pendant la grossesse est également due à la compression de la vessie par le volume de l’utérus, notamment en position debout. Les symptômes de l’incontinence urinaire apparaissent surtout à l’effort.

Incontinence urinaire après la grossesse

Dû à l’effort pendant l’accouchement, les muscles du périnée et ceux entourant l’urètre peuvent être sujets à des lésions. Il s’ensuit un relâchement du plancher pelvien, entraînant souvent des fuites urinaires. Les problèmes d’incontinence urinaire peuvent apparaître après la grossesse et se poursuivre sur le long terme. Il reste toutefois que, selon l’état de santé de chacune, certaines femmes sont plus à risque que d’autres. L’incontinence urinaire est notamment favorisée par la constipation, le surpoids, ainsi que par la toux chronique et les diverses infections liées à l’urètre. Du déroulement de l’accouchement dépend également le degré de risques d’incontinence urinaire. Si l’accouchement a provoqué une déchirure au niveau du périnée ou si le médecin a eu recours à des forceps, des séquelles se ressentent même plusieurs années après la grossesse.

Incontinence urinaire et grossesse : la rééducation périnéale

Loin d’être fatale, l’incontinence urinaire pendant et après la grossesse se prévient très bien et se soigne. Le périnée étant le principal concerné par le problème, une rééducation périnéale s’avère notamment efficace pour y remédier. Avant la grossesse, le programme met l’accent sur la maîtrise du périnée. Il s’agit d’apprendre à contrôler ce dernier, à relâcher les muscles, afin d’écarter – ou au moins de réduire – les risques de déchirure lors de l’accouchement. La rééducation périnéale post-natale, quant à elle, n’intervient que si nécessaire. Après l’accouchement, une évaluation de l’état des muscles périnéaux est effectuée et, dans le cas où des lésions sont détectées, quelques séances de rééducation peuvent être suivies. Dans tous les cas, les efforts engendrant des pressions abdominales sont à éviter pendant et après la grossesse.

,
par Fanny Sylvestre - Administratrice du site Belle Belle Belle, Morgan Sulivan - - Paris



Partager ce contenu


+ d'infos sur "accueil"

Accueil > Enfants - Bébés > Grossesse > Grossesse et incontinence urinaire : les points (...)

Grossesse et incontinence urinaire : les points essentiels à savoir

Grossesse et incontinence urinaire : les points essentiels à savoir

Des problèmes d’incontinence urinaire surviennent souvent pendant la grossesse, notamment vers le troisième trimestre. Afin d’être rassuré, il est toujours mieux de s’informer au sujet de l’incontinence urinaire.

La césarienne, ce qu'il faut savoir
  • Le jeu du foulard : un jeu mortel pour nos enfants
  • Grossesse | accouchement sans douleur sous peridurale
  • Envie d'avoir un bébé ? Essayez l'ostéopathie
  • Poussettes fashion Bugaboo + Missoni

TENDANCES - BEAUTE

Créez la salle de bains de vos rêves avec Au Fil du Bain Petite salle de bain : comment changer sa déco ? La baignoire ilot, la nouvelle star des salles de bains 3 idées déco DIY pour votre table de Noël